TRICHERIE, DOPAGE - LA FEDERATION RESTERA FIDELE A SES VALEURS

Force est de constater que nous n’échappons pas aux déviances en matière de recherche de performances et que certains individus auront toujours  à cœur de tricher pour arriver à leurs fins.

Cette volonté est-elle individuelle ou traduit-elle la philosophie de l’association à laquelle ils appartiennent, nous ne le saurons pas.

Il est malgré tout bien triste de constater aujourd’hui que notre développement fédéral engendre des comportements qui vont à l’encontre d’un esprit sportif et de valeurs que chacun voudrait retrouver dans notre façon de pratiquer.

 Nous nous sommes trouvés à Nice devant une première ressemblant étrangement à ce que nous pouvons simplement appeler un dopage technologique. En effet, la réalité est bien là et nous met face à des comportements et des savoirs-faire qui sont interdits par le règlement lui-même.

 

Rappels :

Dans le règlement français: section 4, paragraphe 4.1, e)

" L’utilisation de cire, d’adhésifs ou de substances similaires pour aider le compétiteur à maintenir l’adhérence ou le contact avec le mannequin ou la bouée tube ou pour aider le compétiteur à pousser au fond de la piscine ne sont pas autorisés dans les compétitions en piscine (DQ7)."

 

dans le règlement ILS 2013, section 4, paragraphe 4.1, e):

e) The use of sticky, tacky or adhesive substances (liquid, solid or aerosol) on competitors’ hands or feet, or applied to the surface of the manikin or rescue tube to improve grip, or to assist the competitor to push off the pool bottom, is not permitted in pool events (DQ7).

 

dans le règlement ILS 2015 2019, section 3, paragraphe 3.1, e):

The use of sticky, tacky or adhesive substances (liquid, solid or aerosol) on competitors’ hands or feet, or applied to the surface of the manikin or rescue tube to improve grip, or to assist the competitor to push off the pool bottom, is not permitted in pool events (DQ7).

 Cette pratique n’est pas nouvelle et c’est la raison pour laquelle elle est réprimandée dans les autres pays ainsi qu’en compétition au niveau international.

Il arrive donc fréquemment que les juges contrôlent les mains, les pieds et même les palmes des compétiteurs afin de s’assurer que ce point de règlement est respecté.

Nous allons donc, à partir de l’Aréna Rescue 2016, mettre en œuvre des moyens de contrôle qui nous permettront de combattre ce genre de comportements totalement inadmissibles.

Les sanctions qui seront proposées seront à la mesure de ce type de pratique anti sportive.

En cas de faute, l’exclusion immédiate de la compétition sera prononcée par le juge arbitre.

La commission sportive va désormais prendre la mesure de ces agissements. Les sanctions prévues dans le cas de dopage physiologiques sont claires et établies dans le règlement international.  Il se peut donc que l’athlète pris en défaut soit interdit de compétition pendant une durée qui reste à déterminer et qui en tout état de cause pourrait se prolonger au minimum une saison complète.

Nous vous tiendrons informés des suites données à cette affaire  et nous vous saurions gré de sensibiliser l’ensemble de vos athlètes  à cette problématique, en les mettant en garde contre ce type  d’agissement qui pourrait nuire fortement à la suite de leur carrière ainsi qu’à l’image de leur association.

Copie transmise pour information :

Ministère des Sports

Télécharger :
Toutes les actualités