BILAN DES EUROS 2015

La  rescue de 2014 nous avait donné une réelle image de ce qu’était notre valeur et nous placait à une première place européenne loin devant nos concurrents voisins.Le remaniement choisi de notre équipe fait que nous rééditons une seconde place qui est absolument logique et qui, loin de nous faire démériter, nous prouve que nous avons eu raison d'intégrer de nouveaux éléments dans ce staff national.

En temps que Directeur Technique National, je n'ai pas foncièrement apprécié les quatre défections majeures que avons connues. Si l'une était acceptable, les trois autres ne l'étaient pas. Nous avons une commande ministérielle sur laquelle nous nous inscrivons quatre années à l'avance et cela a radicalement perturbé notre plan de marche. Il nous faut désormais expliquer à notre principal partenaire pourquoi nous n'avons pas tenu le cap.
Force est de constater que les  nouveaux titulaires ont largement rempli leur contrat. Nous venons de prouver et les points du classement général le montrent, que c'est encore une fois la cohésion d'équipe et la performance collective qui nous placent à cette seconde position.
 
Cela ne modifie en rien les prévisions de travail que j'ai posées pour les rencontres internationales qui nous attendent.
Nos principaux adversaires ont progressé, les résultats des Allemands en côtier le prouvent directement.
Nous  ne pouvons plus nous contenter de ce constat et il nous faut mettre un œuvre une stratégie de travail pour pouvoir, tout en conservant un acquis en eau plate désormais réel et prévisible, nous garantir d’un niveau en côtier beaucoup plus significatif et sécuritaire.
Nous savons que le danger peut maintenant venir de partout. L'Angleterre accède à un total de points très valorisant, capitalisant un nombre de médailles d'or et d'argent supérieur au nôtre. Au regard des résultats que cette nation vient d'engranger aux derniers championnats du monde de natation à Kazan, il y a fort à penser qu'elle pourrait combler en eau plate le retard qui est le sien si elle veut s’en donner les moyens.
Nous marchons maintenant vers la Hollande. Il se pourrait que la concurrence soit rude pour obtenir désormais une place dans cette équipe de France qui a néanmoins faim de réussite au niveau mondial. Je suis  persuadé que cette Rescue de 2016 sera une étape vers un Championnat du Monde australien deux ans plus tard où, si nous nous en donnons les moyens, nous pourrions créer une surprise auprès de nos concurrents de l'hémisphère sud. Reste à accepter de travailler différemment. La solution d'une préparation collective beaucoup plus conséquente en amont de l'échéance pourrait être payante.
 
En tout état de cause, le fonctionnement désormais rôdé de nos deux Pôles d’entraînement de Montpellier a sûrement changé notre approche de ces rendez-vous annuels. 
Je resterai fidèle à mes motivations en continuant à réfléchir et travailler sur des solutions qui permettraient une amélioration de nos conditions de travail en côtier. 

Le Directeur Technique national

 

Télécharger :
Toutes les actualités